La version 3.0.86 est en ligne : gros plan sur le télescope spatial Hubble

Il est maintenant possible de suivre, en temps réel, la position et l’orientation du télescope spatial Hubble.


Le télescope changeant de cible

En cliquant sur le télescope et en choisissant l’option « Space telescope live », on peut également accéder  au planning de l’instrument, au nom de l’astronome qui est à l’origine de l’observation en cours ainsi qu’aux paramètres de l’instrumentation (caméra utilisée, filtres, valeur du champ).

Et merci à la STScl Web Team de m’avoir répondu si rapidement et de mettre à la disposition du grand public les innombrables retombées de ce télescope !

 

NICER : La Nasa dévoile une carte du ciel en rayons X

La NASA vient de publier une carte inédite du ciel. Elle représente ce que nous pourrions voir si nos yeux étaient sensibles aux rayons X. Elle a été obtenue grâce à l’instrument NICER (« Neutron Star Interior Composition Explorer ») qui effectue des mesures à bord de la Station Spatiale Internationale depuis juin 2017.

La principale mission de Nicer est d’en savoir plus sur l’intérieur des étoiles à neutrons, des astres très compacts et très denses formés après l’explosion d’une étoile en fin de vie. L’un des objectifs est en particulier de mesurer leur  diamètre « avec une précision de 5 % », indique la Nasa.

Pour effectuer ces relevés, NICER balaye le ciel en se déplaçant d’une cible à l’autre. Ce sont ces mouvements qui sont à l’origine des arcs qui sont visibles sur l’image finale.


Les déplacements de NICER en accéléré

Si des courbes apparaissent plus lumineuses que d’autres, c’est uniquement parce que l’instrument a effectué de nombreuses fois le même chemin entre certaines cibles. Ces courbes se croisent sur des points brillants qui sont des sources puissantes de rayons X.

Parmi ces sources, on peut trouver  les Dentelles du Cygne ( Cygnus Loop ), un rémanent de supernova, ou la source MAXI J1820+070 qui est soupçonnée d’être en fait un trou noir.

En activant le module NICER dans WinStars, on peut remplacer le fond du ciel habituel par l’image que la NASA vient de publier sur le site de la mission (il faut également désactiver le module Brunier pour que l’image apparaisse normalement).

Les annotations originales de la NASA ont été volontairement laissées sur l’image finale.


La carte que vient de publier la NASA telle qu’elle apparait dans WinStars

 

Nouveau catalogue concernant les objets du ciel profond

Le programme affiche maintenant les objets du catalogue OpenNGC (https://github.com/mattiaverga/OpenNGC) dont les positions et les données sont bien plus fiables que celles contenues dans l’ancien catalogue SAC.

Ce catalogue a été construit en fusionnant les informations du NASA/IPAC Extragalactic Database, HyperLEDA, Simbad et HEASARC et comprend environ 15000 objets.

Les détails concernant la création du catalogue : https://github.com/mattiaverga/OpenNGC/blob/master/README.md

 

Mission Parker Solar : En savoir plus sur la couronne solaire

Lancée le 4 août 2018, la sonde Parker Solar (PSP) doit étudier le Soleil durant 7 années.  Placée sur une orbite très elliptique donc le périhélie se situe à moins de 0,17 UA et l’aphélie au niveau de l’orbite de Vénus, la mission de la NASA est celle de tous les exploits.  Équipée d’un puissant bouclier thermique protégeant la structure du flux émanant du Soleil et qui portera la température à 1400 K par moments, la sonde dispose de quatre instruments qui lui permettront d’étudier la couronne solaire.


PSP dans WinStars

En effet, la couronne reste encore de nos jours très mal connue. Nous ne savons presque rien sur les mécanismes accélérateurs du flux de particules qui s’échappent de la haute atmosphère (le vent solaire), ni sur l’origine des hautes températures de la couronne (1 million de degrés K) qui sont cent fois supérieures à celles observées à la surface de l’astre.

Un coronographe grand angle prendra des images tridimensionnelles  de la couronne et de l’héliosphère interne. L’instrument FIELDS mesurera les champs électrique et magnétique, les émissions d’ondes radio et les ondes de plasma. 
ISIS (Integrated Science Investigation of the Sun) permettra d’en savoir plus sur les caractéristiques des particules présentes dans l’atmosphère solaire et l’héliosphère interne qui sont accélérées à des énergies élevées (de 10 keV à 100 MeV).
Enfin, l’instrument SWEAP (Solar Wind Electrons Alphas and Protons) étudiera les électrons, les protons et les ions d’hélium qui constituent le vent solaire. 

Le 4 avril 2019, la sonde s’est aventurée à moins de 25 millions de kilomètres du Soleil en évoluant avec une vitesse relative par rapport à lui de 343.000 km/h, ce qui en fait l’objet le plus rapide de l’histoire de l’humanité. En 2023, PSP frôlera le Soleil à une distance de 6 millions de km seulement.

En installant le module Parker Solar dans WinStars, il est possible de visualiser la position de la sonde en temps réel et de suivre les 24 orbites prévues pour percer les secrets de l’atmosphère de notre étoile.