Nouveau catalogue concernant les objets du ciel profond

Le programme affiche maintenant les objets du catalogue OpenNGC (https://github.com/mattiaverga/OpenNGC) dont les positions et les données sont bien plus fiables que celles contenues dans l’ancien catalogue SAC.

Ce catalogue a été construit en fusionnant les informations du NASA/IPAC Extragalactic Database, HyperLEDA, Simbad et HEASARC et comprend environ 15000 objets.

Les détails concernant la création du catalogue : https://github.com/mattiaverga/OpenNGC/blob/master/README.md

 

Gaia Data Release 2

Après plusieurs semaines de travail, le second catalogue de la mission Gaia est maintenant intégré dans WinStars.

Pour rappel, la mission Gaia a pour but de cartographier en 3D une partie de la Voie lactée (1%), avec une évaluation de la vitesse propre des corps célestes recensés. Un vrai travail de Titan réalisé par un satellite situé au point de Lagrange 2 qui effectue 500 millions de mesures chaque jour.

Les anciens catalogues Sky2000, UCAC4 et I/ 280B ont donc été abandonnés pour laisser place aux 1,7 milliards d’étoiles (!)  que contient cette seconde édition parue en avril 2018, il y a juste un an.

Comme il n’est pas raisonnable de récupérer la totalité des données du DR2, WinStars n’utilise que l’ascension droite, la déclinaison, la parallaxe, le mouvement propre et la magnitude G pour les objets de magnitude inférieure à 13. Au-delà de cette limite, le programme ne récupère que les coordonnées horaires et la magnitude.

Une version 3 en 2022

Mais la campagne de mesures de la mission Gaia continue. Une version 3 du catalogue est prévue pour 2022  avec une  précision accrue des données.

Nous ne sommes qu’au début de la mission. A terme, ce sera toute la structure de notre galaxie, sa dynamique et son évolution qui seront mieux comprises en décortiquant cette gigantesque masse d’informations.

Des données scientifiques accessibles librement grâce au CDS

Je voudrais finir en saluant le travail du Centre de Données de Strasbourg, véritable mémoire virtuelle du Ciel, qui met à la disposition de tous les données collectées depuis les plus grands observatoires et depuis les collaborations de  type Gaia.
C’est ainsi que les mesures venant d’un satellite situé à deux millions de km de la Terre peuvent se retrouver dans un logiciel comme WinStars quelques mois  plus tard. 
A l’heure des fake news et autres théories complotistes, l’accès au savoir obtenu grâce au travail désintéressé de milliers de scientifiques dispersés à travers le monde n’a jamais été, paradoxalement, aussi simple.    

WinStars utilise le catalogue Gaia DR2 pour afficher les étoiles jusqu’à la magnitude 20. Ici, l’amas globulaire Messier 13.

Pour aller plus loin :

La version 3.072 est en ligne

Avec la dernière révision (3.072), le programme se dote de nouvelles fonctionnalités améliorant la gestion des satellites artificiels.

Une boite de dialogue permet maintenant de sélectionner les satellites que l’on souhaite afficher dans WinStars.

Le résultat dans le mode « navigation 3D »:

Le passage des satellites est aussi visible dans le mode planétarium:

Le programme calcule également la sortie d’un satellite de l’ombre terrestre (ici, l’ISS).

Enfin, la Lune est affichée en haute résolution avec les noms des formations géologiques lorsque l’on zoome dessus depuis le mode planétarium.